Titre

La Jérusalem céleste. Un trope polysémique dans les textes des premiers siècles de notre ère.

Auteur Nabil MILI
Directeur /trice Prof. David Hamidovic
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse

La description d'une Jérusalem échappant aux contraintes d'une ville terrestre, et à ce titre qualifiée de céleste par les commentateurs, apparaît dans les chapitres 40 à 48 du Livre d'Ézéchiel. Cette figure littéraire se retrouve dans les manuscrits de Qumran (11Q18), puis dans l'Apocalypse de Jean (chapitre 21). La tradition de la Jérusalem céleste se perpétue dans la littérature chrétienne et connaît son déploiement maximal chez Augustin (De Civitate Dei contra paganos). Par contre, les textes de la Mishna semblent éviter toute mention directe à une telle figure. La thèse s'attache à distinguer les continuités et les ruptures au sein de cette tradition et à s'interroger sur le rôle de ce trope dans le "parting of the ways" entre le christianisme et le judaïsme.

Statut au début
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Xing